Et ça va aux archives ?

Publié le par AnarchivistiK Moe

"Et ça va aux archives ?" gna gna gna... Oui, tout le monde a pitié de nous... 
C'est vrai que c'est dur dans la cave, sans voir la lumière du jour, c'est vrai que c'est dur les odeurs (ouais, on doit avoir la fosse sceptique à côté), c'est vrai que c'est dur avec les canalisations des eaux-usées... 
Mais bon, si on est là, c'est qu'on l'a voulu. Certes, on doit être maso, mais bon c'est pas la peine de nous plaindre. C'est dur mais c'est la peine de nous le souligner tous les jours... Parce que tous les jours, dès qu'on croise quelqu'un de là-haut, on nous demande si ça va aux archives... 
Bien sûr que ça va ! On a personne derrière notre dos, on fait ce qu'on veut, on écoute Cali, Tété, Bénabar, Nirvana, Ben Harper, etc. à fond les manettes ! 
Et comme il y a un couloir pour accéder aux archives, on les entend venir les bougres... on s'arrête de parler et on fonce dans les rayons et ils doivent se dire "Ralala quel courage, ces archivistes !"... Alors on nous répète : "il faut faire des pauses, n'hésitez pas !", s'ils savaient qu'on bosse que 6h par jour au lieu de 8... Hihi... On se fait vite au rythme de la fonction publique (à croire qu'on a ça dans le sang, nous, Français...)

Non, sans déconner, c'est pas partout comme ça... il faut le préciser quand même, sinon on va nous traiter de planqués... Sérieusement, j'étais dans une entreprise là pour un stage, avant d'arriver ici... J'ai pas chômé !  Et j'ai enlevé une grosse épine du pied à la documentaliste de cette entreprise... je lui ai quand même révélé ce qu'elle avait dans 500 mètres-linéaires (ml) d'archives. il paraît c'est beaucoup en 1 mois et demi. Tous mes maîtres de stage étaient impressionnés (même les archivistes)... donc ça va. 
Cela dit, quand on a affaire à des non-archivistes, ils sont toujours impressionnés par ce qu'on fait, parce qu'ils n'ont aucune notion du temps qu'on peut passer à faire telle ou telle chose. Donc ça facilite les choses... 

Enfin là, avec mon collègue, c'est particulier. On craque un peu parce qu'on est deux, d'une part et parce que c'est les vacances, d'autre part... Si on commence à booster tout à fond, on va plus en pouvoir pour le début de notre dernière année d'études.

Publié dans Petites expériences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article