This is a new life !

Publié le par AnarchivistiK Moe


Voilà, j'ai trouvé cet autre job ! Et bon, j'ai pris du temps pour écrire mais vous m'excuserez, il a fallu que je m'installe etc.

DIEU QUE C'EST BON D'ETRE DANS CE NOUVEAU JOB ! Archiviste dans une entreprise de renommée internationale, comment dire ça ! C'est reposant : on me fait enfin confiance sur mes qualifications et mes compétences, je ne fais point du "travail à la chaîne" toute la journée. Je travaille en collaboration avec une autre archiviste, qui est loin loin loin.  Résultat, j'ai personne sur le dos, j'ai deux étages à moi toute seule : l'un accueille mon bureau ; l'autre les archives ! Et c'est tellement épanouissant de réfléchir à d'autres composantes de notre métier.
Globalement, au delà du traitement du reste de l'arriéré, je vais m'occuper de la valorisation des archives historiques. Alors, OK, j'avoue, moi, j'étais plus penchée vers le RM. Mais c'est quand même vraiment intéressant de pouvoir travailler dans un but patrimonial avec les archives historiques de la société.
Dans la mesure où la distinction entre le "Records Manager" et l'"Archivist", telle qu'on l'a dans les pays anglo saxons, n'est pas si claire en France. Et bien, je serais peut-être amenée à travailler ça dans un job dit "stable", sans contrat précaire.

Enfin, tout ça me démontre que j'ai un vrai projet professionnel dans ma vie et que dans ma boîte d'avant, on me proposait quelque chose qui ne correspondait en aucun point à ce dont je rêvais professionnellement parlant. Les gens de cette boîte n'avaient-ils rien compris à ce que je voulais ? Pensaient-ils que j'étais comme la plupart de ces gens sortant de leurs études et ne savant pas exactement ce à quoi ça les ménerait (au delà du simple fait d'être archiviste?). Je pense que dans les petites boîtes, on n'écoute pas assez l'employé : on en fait juste simplement ce qu'on en veut. Maintenant, je vise les gros machins (+ de 50 employés) : c'est plus sûr en terme de ressources humaines, et puis c'est plus confortable en terme d'avantages sociaux, de temps de travail,... Parce que oui, si j'ai un seul conseil à vous donner : les petites boîtes, faut éviter d'y mettre les pieds (à moins d'en être le patron lol). et je parle pas simplement du domaine de l'archivistique ; je le vois aussi avec ma mère dans un domaine beaucoup plus manuel.

En tout cas, je suis beaucoup plus épanouie aujourd'hui !

A bientôt alors pour de nouvelles aventures telles que la numérisation de grands formats, les relations avec les services demndeurs, les recherches pour ces services demandeurs et les chercheurs, le classement et le conditionnement d'objets publicitaires, mes recherches sur Ebay (oui oui oui !), les projets de musée historique,... ha ! J'ai retrouvé le sourire ! :)

Publié dans Petites expériences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cyber@rchiviste 13/05/2009 18:17

Toutes mes félicitations Archi-archiviste pour ce nouveau poste qui m'a l'air fort alléchant...

Comme je te comprends : ton discours sur le secteur privé, les petites boîtes d'archivage, le côté reposant et épanouissant de la gestion d'un service et d'un projet patrimonial ... Je ne dirais pas mieux !!!
Tu vas voir, c'est du du bonheur. J'ai un peu le même parcours comme tu le sais, et c'est vrai qu'au début on n'a pas forcément d'idée de ce qui nous attend dans le monde du travail, et des vices de certains jobs. La recherche de la qualité d'un poste vient avec le temps.
Bonne chance pour la suite ! Et pour Tel-Aviv... ben, tu mets... Moyen-Orient ?!! L'archiviste se pose quand même de sacrées questions, n'est-ce pas
Bye !
Cyber@rchiviste

L'archiviste masquée 04/05/2009 22:01

Comme je te comprends!! Gérer son service quel bonheur, surtout lorsqu'on a connu les affres du taylorisme privé ;-) Je te souhaite pleins de projets et de réussites dans ton nouveau poste. A++