Démotivée !

Publié le par Anarchivistiquement vôtre

 

probleme-demotivation-informatique-L-1-copie-1.jpgBon beh voilà, je suis démotivée au niveau du boulot ! Je ne me sens plus aussi passionnée.

Sans doute, l'impression de faire tout le temps la même chose, sans doute le fait de ne pas être impliquée dans des projets plus grands que le classement des archives ! Des fois, je me dis, c'était peut-être une erreur de me lancer là-dedans, quand j'étais en DUT. Après tout, le 2ème C de l'archiviste me gonfle un peu : CLASSER... Je ne crois pas avoir fait un Bac+5 pour ça et seulement ça. Bien sûr, notre boss nous demande de l'aider dans ses réflexions. Mais on ne fait que réfléchir : pas de grands projets à mettre en place réellement : pas de budget !

Et puis, y'a un truc qui ne marche pas dans cette entreprise : la communication... Gneuh... De 1, la hiérarchie, trop de mal à comprendre ; de 2, tu a vu des supers objets pub tout nouveaux, la dernière fois au supermarché, tu en parles, personne n'est au courant et faut mener son enquête pour savoir d'où ces objets pub sortent ; de 3, tu demandes qu'on t'envoie un truc, personne te répond, quand ta chef demande la même chose, on lui répond dans la minute, etc...

Mon contrat se termine bientôt. Mon chéri a chopé un CDI à son boulot, va falloir que je cherche auprès de lui et je ne chercherai pas forcément dans les archives, rayon géographique de recherche d'emploi maintenant limité : va falloir forcément chercher plus largement dans la gestion d'information... Mais bon, je me rends compte que ça ne me dérange pas plus que ça de me dire que ça se trouve, je ne serai plus archiviste, après.

Mes diverses implications associatives, ça commence à bien me passer au dessus ! De toutes façons, ça rime à rien... Rien n'avance...

J'aime mon métier, mais je ne peux plus prendre tout à coeur comme je le faisais... Un changement en moi : je ne veux plus m'oublier au service d'une cause qui n'avancera de toutes façons pas...

J'aime mon métier mais je préfère maintenant privilègier ma vie privée, quitte à sacrifier ma carrière d'archiviste... Je sais qu'un jour ou l'autre, je pourrais retomber sur mes pattes en terme d'emploi et trouver quelque chose d'autre dans la gestion d'info qui pourrait me convenir tout autant...   

J'estime que j'ai un autre travail à entamer plus sérieusement : un travail plus important encore pour moi : un travail sur moi... et je ne peux pas donner des priorités à tout : ma vie professionnelle (le boulot, les implications associatives, etc...) ou moi. Sans aucun doute, aujourd'hui, ma priorité, c'est moi, si mon prochain boulot va avec tant mieux, mais s'il ne l'est pas, tant pis. Je ne peux plus m'oublier et me cacher derrière mon boulot. Maintenant, je le sais, ce n'est pas ça qui m'épanouira dans ma vie.

Publié dans Petites expériences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stage4u 08/12/2014 18:28

Il est peut être temps de changer de métier, si vous recherchez un stage. Je vous conseille stage4u, il y a de nombreux stages. Bonne chance.

Nath 20/06/2011 13:18


En tant qu'archiviste reconvertie dans la documentation technique, pour raisons personnelles (CDI de chéri dans une grande ville, je le suis pour qu'on soit ensemble), je peux dire que je ne suis
pas satisfaite professionnellement...

Bien sûr, cela reste de la gestion de l'information, et bien sûr comme tout métier, celui d'archiviste a ses côtés parfois pénibles... mais tellement épanouissants en même temps.

Rien de cela dans le traitement de documents techniques contemporains, pas d'histoire, peu de futur (on les utilise et voilà, le reste on s'en fout), pas d'initiatives à prendre, juste des
documents qui véhiculent des instructions à respecter, point. Je ne parle même pas de leur traitement informatique qui, sous prétexte de modernité, nous oblige à des manipulations constantes et
compliquées sous des logiciels, qui sont certes nécessaires; mais franchement, je regrette vraiment mon classement de vrac, mes séjours dans les caves humides, l'impression d'être utile, le
sentiment de devoir convaincre, la joie d'y réussir, et pas être un robot qui traite les mêmes données selon les mêmes procédures toute la journée...

C'est mon expérience, qui vaut pour moi mais peut-être peut donner quelques pistes...

Je suis tombée amoureuse du métier d'archiviste pendant ma licence archives il y a 5 ans, et cet amour ne s'est jamais étiolé malgré les passes difficiles.

Je vous souhaite la même chose, du courage aussi, et surtout de vous épanouir dans votre vie.


Infaondoc 31/08/2010 10:01


Bonjour,

j'ai l'impression de me reconnaitre dans ce que vous dites par certains aspects. En effet, je suis en formation de gestion d'information et j'effectue mon apprentissage dans des Archives
départementales. Effectivement, le classement est long et assez rébarbatif surtout quand c'est notre seule et unique activité. Je suis la seule à en faire ici. Le fait de devoir rester seule dans
mon coin à classer me déplait un peu à vrai dire.Je n'ai pas l'impression d'avoir une grande utilité comparé à mes collègues qui sont toujours très actifs. Ils sont reconnus comme indispensables au
service, eux. De toute façon on ne me gardera pas ici car il n'y a pas de poste à pourvoir, je quitterai donc les Archives à la fin de mon contrat d'apprentissage. Je ne sais pas s'ils vont
recruter un nouvel apprenti pour faire du classement mais s'ils ne le font pas, je ne sais pas qui se chargera de le faire. Ces pauvres archives resteraient alors en attente de traitement ou seront
rangées sans classement ni inventaire. Pour ma part, j'aspire plutôt à un métier dans la gestion d'information et la communication. La diffusion de l'information via les nouvelles technologies, la
conception de supports de communication,la création de sites web, voilà ce qui me plaît ! Mon esprit créatif n'est malheureusement pas satisfait ici où je n'ai que trop peu de responsabilités et de
contacts. Si je devais choisir un métier en rapport avec les archives je choisirais la valorisation de celles-ci. Bien sûr pour cela, il faut qu'elles soient classées... Je pense que faire du
classement me dérangerait moins si je ne le faisais pas à longueur de temps...

Je serais ravie de suivre vos aventures pôle-emploi puisque moi aussi dans quelques mois je vais y passer !


Anarchivistiquement vôtre 30/08/2010 20:21


Bonjour à tous !

Merci pour ces messages... Mais, je me suis peut-être mal exprimée... C'est pas un passage à vide, une crise, un coup de cafard ! Non non non ! c'est juste une mise en berne de ma carrière
professionnelle pour m'occuper de moi. Ne plus me soucier du boulot, des à-côté du boulot et juste m'occuper de moi.
Bien sûr, vous aurez droit à mes petites aventures avec le Pôle Emploi - je m'en délecte déjà ! etc etc...

Bonne soirée à tous !


Thibaut 30/08/2010 09:19


Un passage à vide est bien naturel. Vous êtes confrontée au commun de la profession. Les deux commentaires précédents sont des plus lucides mais vous incitent aussi à persévérer, notamment en
partageant votre expérience via votre blog extraordinaire. Peut-être un tri dans les diverses activités que vous menez serait-il indispensable ? Peut-être un autre type d'activité extérieure au
métier ? Il me semble que l'enseignement vous irait ?
Bon courage en tout cas