Le plus beau métier du monde...

Publié le par Anarchivistiquement vôtre

Une fois de plus, la voix du Nord nous met à l'honneur (moins maladroitement que la dernière fois !) et c'est toujours appréciable !

 

Lien : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Autour_de_Valenciennes/Pays_de_Conde/2010/09/02/article_rencontre-avec-l-archiviste-de-la-commun.shtml

 

Rencontre avec l'archiviste de la commune et ses trésors

jeudi 02.09.2010, 05:14  - La Voix du Nord

 

En 2006, Véronique Parmentier est arrivée à Anzin pour trier les archives municipales accumulées depuis plus de deux siècles

 

à la mairie. 1,5 : c'est le nombre de kilomètres mis à disposition de l'archiviste - l'unité en matière d'archives est le mètre mais à Anzin on parle de kilomètres. « Au fil des ans des séries manquaient, il y avait des "trous", explique l'archiviste. Après recherches, ils ont été retrouvés dans différents bâtiments communaux (musée, théâtre, château Dampierre...). Aujourd'hui, plus de 2,5 km sont répertoriés ».

Archiviste itinérante, Véronique Parmentier dépend du centre de gestion de la fonction publique du Nord dont la mission première est la gestion de la carrière des 25 000 agents de la fonction publique territoriale. Mais le centre de gestion a aussi des missions facultatives choisies par le département qui met à disposition du personnel compètent pour des tâches particulières. L'aide à la gestion des archives est une de ses missions. « Je suis donc mis à disposition de la commune d'Anzin à sa demande, explique la jeune femme. Le maire m'a donné pour mission de trier, classer, ranger et répertorier toutes les archives ».

« C'est le plus beau métier du monde », s'enthousiasme la jeune femme. À Anzin depuis 2006, à raison de deux à trois jours par semaine, elle a reconstitué la vie de la commune depuis 1789, et même plus. « Anzin est particulier par le fait que depuis que je fais ce métier, c'est une des archives les plus complètes et les plus anciennes que j'ai eu à travailler, explique-t-elle. Dans certaines communes, les archives commencent après la dernière guerre (1950), car tout a été détruit ».

Un document de 1319

Véronique Parmentier se targue ainsi de découvertes extraordinaires, et en particulier le plus ancien document qui date de 1319 : « il s'agit d'un acte administratif passé entre deux personnes devant les échevins de Valenciennes », détaille-t-elle. Plus récemment, elle confie avoir « eu mal au coeur en retrouvant les registres paroissiaux de 1626 à 1789, mais dans un état inexploitable ». Ils doivent être restaurés impérativement avant consultation. La jeune femme s'est dite également « très touchée » devant le dossier d'inauguration du monument au mort en 1923 : « on pourrait avec tous les documents reconstituer la cérémonie de A à Z, avec affiches, discours, menus, photos, partitions..., jusqu'aux étiquettes de placement des personnalités, tout y est ! », relate-t-elle. Autre dossier....

d'actualité : le dossier de construction du premier tramway avec par exemple le nombre de kilos d'avoine nécessaire aux chevaux pour tracter les wagons... Mais ce ne sont là que quelques exemples : il y a tant de trésors parmi ces archives. De quoi faire le bonheur des historiens.

Publié dans En France

Commenter cet article

Charlotte de Savoie 08/09/2010 12:19


C'est (aussi) mon histoire...
Merci Mo' pour cette veille ô combien intéressante!